Ema

Synopsis :

Ema (Mariana Di Girolamo) est une danseuse qui évolue au sein d’une troupe dirigée par Gaston (Gael Garcia Bernal), un chorégraphe de renom avec qui elle est en couple. Ensemble, ils ont adopté Polo, un garçon d’une dizaine d’années, qu’ils n’ont pas su gérer et qu’ils ont finalement rendu aux services sociaux. Depuis, l’un et l’autre sont rongés par la culpabilité. Ema ne supporte plus le regard qui est posé sur elle et trouve son exutoire en se déhanchant sur le reggaeton, une musique que Gaston méprise, la jugeant vulgaire. 

Mariana Di Girolamo

Le saviez-vous ? :

  • C’est le huitième film du réalisateur Pablo Larrain qui a comme point de départ le traumatisme d’une adoption ratée.
  • Il a été présenté en compétition officielle à la Mostra de Venise 2019.
  • Le film marque les retrouvailles entre le réalisateur et son acteur Gael Garcia Bernal trois ans après leur collaboration dans « Neruda« .

Ma critique :

Voilà une oeuvre tellement envoutante et puissante qu’on aimerait en voir davantage au cinéma ! J’aime beaucoup le cinéma de Pablo Larrain , et encore une fois, il m’a totalement satisfait du début à la fin ! Cette intrigue, assez perverse, nous emmène dans ce portrait de cette femme tordue. Complètement intriguant, le film ne cesse de me surprendre par toutes ses qualités visuelles ; oui, la virtuosité de sa mise en scène virevolte en apesanteur et magnifie les frénétiques scènes de danse reggaeton. On adore ou on déteste mais Ema ne nous laisse pas indifférent. Je me situe dans la première catégorie totalement sous l’emprise de son héroïne d’une grande complexité !

Mariana Di Girolamo & Gael Garcia Bernal

Je salue particulièrement la performance vraiment extraordinaire de son actrice principale Mariana Di Girolamo en héroïne libre et tellement complexe qu’on retient tous ses gestes. Si on a l’habitude de voir Gael Garcia Bernal excellent dans tous ses films, il fait preuve d’une grande maturité dans celui-ci !

Il est bon de savoir que ce n’est pas une proposition de cinéma comme on en voit régulièrement. C’est d’ailleurs ce qui fait son charme mais qui peut aussi poser ses limites, tant ce long-métrage est particulier et difficile d’accès, mais son ambition est vraiment à saluer car je trouve cela difficile d’aborder à la fois de la culpabilité, de liberté et surtout beaucoup de souffrance psychologique. On en prend plein les yeux et on a vraiment l’impression d’avoir « vécu » quelque chose, on plonge dans l’univers d’Ema et on a envie de la suivre !

Pour conclure, « Ema » est une oeuvre libre, inclassable et déroutante qui fascine par sa mise en scène assez virtuose où tout est hypnotisant.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 16/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s