Le Poirier sauvage

Synopsis :

Passionné de littérature, Sinan (Dogu Demirkol) a toujours voulu être écrivain. De retour dans son village natal d’Anatolie, il met toute son énergie à trouver l’argent nécessaire pour être publié, mais les dettes de son père finissent par le rattraper…

Le saviez-vous ? :

  • C’est le huitième long-métrage du cinéaste turc Nuri Belge Ceylan, qui a été présenté en sélection officielle en compétition au Festival de Cannes 2018.
  • La première version du film durait presque cinq heures mais le réalisateur a retiré quelques plans lors du montage.

Ma critique :

On sait en allant voir ce film qu’il allait être très long et particulier avec une durée de 3h08 et pourtant je ne me suis pas ennuyé du début à la fin ! C’est un film extrêmement bavard, qui concentre des réflexions très intéressantes sur le contexte économique du pays, mais qu’on peut élargir à l’ensemble de la condition humaine, sur l’amour, la jalousie ou encore la religion, et tant d’autres choses qu’il faudrait plusieurs visionnages pour noter tout ça. Je reconnais la pudeur du réalisateur Nuri Bilge Ceylan qui nous emmène vers un voyage qui paraît calme mais qui est très profond avec une beauté époustouflante. Les émotions et questionnements des personnages bien qu’exprimés avec pudeur sont d’une très grande force tant le film interroge beaucoup sur les traditions, la religion ou la place des femmes dans la société.

C’est quand même un très grand film dont je suis très étonné qu’il soit reparti bredouille du Festival de Cannes 2018 car pour moi, il cochait toutes les cases pour remporter la Palme d’Or.. En alternant l’humour, le drame et les réflexions philosophiques avec une mise en scène vraiment sublime, il est difficile de détourner le regard tant on est vraiment captivés par cette grande fresque ! Certes, il est très long, lent et bavard mais il emporte le spectateur par sa beauté, son intelligence et sa profondeur. Rares sont les films qui emportent autant, dans lesquels on a envie de vivre celui-ci fait partie de cette catégorie.

Pour conclure, « Le Poirier sauvage » est une oeuvre mélancolique et bouleversante où on en sort vraiment chamboulé par tant de beauté.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 17/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s