Le Temps des aveux

Synopsis :

Cambodge, 1971.
Alors qu’il travaille à la restauration des temples d’Angkor, François Bizot (Raphaël Personnaz), ethnologue français, est capturé par les Khmers rouges. Détenu dans un camp perdu dans la jungle, Bizot est accusé d’être un espion de la CIA. Sa seule chance de salut, convaincre Douch, le jeune chef du camp, de son innocence. Tandis que le français découvre la réalité de l’embrigadement des Khmers rouges, se construit entre le prisonnier et son geôlier un lien indéfinissable…

Raphaël Personnaz

Le saviez-vous ? :

  • Le réalisateur Régis Wargnier adapte le roman autobiographique de l’anthropologue français François Bizot.
  • Pour les besoins de nombreuses séquences du film, dont celles se déroulant dans le camp, Raphaël Personnaz a dû perdre jusqu’à 10 kilos.

Ma critique :

Dans l’ensemble, j’ai trouvé le film assez intéressant, même si la relation entre le bourreau Khmer et le scientifique français n’est pas assez étoffée à mon goût. De plus, on ne sent pas vraiment le poids de l’histoire mais il offre un regard décalé sur le conflit, au travers d’une histoire particulière. On assiste à l’histoire d’un syndrome de Stockholm inversé. Le geôlier s’identifie à son prisonnier, s’attache à lui et tente de le défendre alors que le prisonnier fait tout ce qu’il peut pour se sortir de sa situation. On ne pouvait pas s’attendre à un film de guerre, ou de dénonciation acharnée des atrocités commises… Mais ces atrocités se ressentent à travers de multiples scènes !

Raphaël Personnaz

 Raphaël Personnaz est très convaincant une fois de plus dans ce rôle d’homme amoureux de ce pays qui refuse d’abandonner ces assistants tandis que Komphaek Phoeung est la révélation en offrant une performance assez excellente. Notons un joli second rôle du très bon Olivier Gourmet.

Si la description du régime des Khmers rouges faite par Régis Wargnier est intéressante et que le film contient un grand potentiel dramatique, l’ensemble est plutôt froid, nous empêchant à tout moment de rentrer dans l’émotion mais je n’ai pas vraiment été déçu.. On peut aussi saluer les intentions louables de la part du réalisateur ou encore la photographie, plutôt soignée. Mais l’on regrette finalement le manque d’amplitude d’un film qui avait tout pour être puissant mais ce n’est malheureusement pas le cas.

Pour conclure, « Le Temps des aveux » est un film au sujet audacieux mais qui manque d’émotions par le parti pris de mise en scène mais qui reste convaincant.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 12/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s