Slalom

Synopsis :

Lyz (Noée Abita), 15 ans, vient d’intégrer une prestigieuse section ski-études du lycée de Bourg-Saint-Maurice. Fred (Jérémie Renier), ex-champion et désormais entraîneur, décide de tout miser sur sa nouvelle recrue. Galvanisée par son soutien, Lyz s’investit à corps perdu, physiquement et émotionnellement. Elle enchaîne les succès mais bascule rapidement sous l’emprise absolue de Fred…

Noée Abita

Le saviez-vous ? :

  • Il s’agit du premier long métrage de fiction de la réalisatrice Charlène Favier, qui a été sélectionné en compétition officielle au Festival de Cannes 2020.
  • Le film a été nommée à 2 reprises aux Césars 2021 : meilleur premier film et meilleur espoir féminin pour Noée Abita.

Ma critique :

La mise en scène, pour un premier film est impressionnante avec notamment, des scènes de ski extrêmement bien filmées ; et pour un premier long-métrage, c’est vraiment réussi ! Il décrit avec beaucoup de justesse l’emprise que peut avoir un entraîneur sur une jeune athlète en manque de reconnaissance parentale. Nous sommes alors témoins de cette relation qui dérive froidement vers la manipulation malsaine. Cette réalisatrice connaît très bien le problème et l’aborde avec beaucoup de tact et de vérité. L’écriture est fine, évite le manichéisme et la simplification du sujet et parvient de ce fait à heurter et sensibiliser de manière plus forte le spectateur tant tout est crédible.

Jérémie Renier & Noée Abita

J’ai adoré la prestation de Noée Abita, pour un rôle vraiment pas facile. Elle réussit à retranscrire à la perfection l’ambiguïté, le trouble, le malaise sur une adolescente de 15 ans, face au comportement abusif d’un adulte, couplé à un niveau d’exigence induit par le sport qu’elle pratique et le système de manipulation psychologique qui se met en place autour d’elle. Jérémie Renier est aussi très bon dans son rôle de coach manipulateur au comportement très ambigu.

Le cadre du film est somptueux avec ses nombreux plans généraux montrant les paysages alpins enneigés. J’ai apprécié le fait que ce ne soit pas manichéen : le coach a aussi des qualités, et de son côté, la jeune fille a des sentiments ambivalents, entre attirance et dégoût. La fin est un peu déconcertante ; pour ma part, j’ai été assez surpris de ce choix de la réalisatrice mais c’est fait d’une manière assez intelligente !

Pour conclure, « Slalom » est un premier film remarquable et maîtrisé sur un sujet dur mais abordé avec beaucoup d’intelligence.

Et vous, l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 16/20

Bande-annonce :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s